@related : Retribution Retribution.en Libre

ELibre = E[[Book]]s + [[Libre]] ( + [[Print]] + [[FileSharing]] ) [[Retribution]]

Idées en Vrac

Attention on parle de livre au sens large (pas forcément des manuels d'informatique), Avant de s'interesser à tout ce qui est dé/re/matérialisable…

Les motivations sont :

  • avoir un EBook en complément d'un livre papier (et vice versa)
  • avoir les droits fondamentaux du LibreSoftware (Access, Modification, Duplication, respect de la licence)
  • Favoriser l'accés à la connaissance et (l'émergence de documentation technique, scientifique, politique etc)
  • Rendre possible l'émergence de tout document imprimable (voir notes)
  • rétribuer EQUITABLEMENT les auteurs de livres
  • privilégier l'aspect ETHIQUE (écologie notamment) vs marketing & qualité du support

Introduction

La musique s'étant dématérialisée avec l'apparition des mp3 etc l'industrie associée est devenue obsolète… (du moins tel quel est dans le monde internetisé) donc certains labels essayent de trouver des systèmes pour rétribuer les auteurs tout en utilisant les technologies actuelles pour la duplication, distribution (cf ian clarke de freenet-project.org) ,

il en est de même pour les ebooks, Malgré la difficulté d'en saisir l'usage et d'y adapter une rémunération : Un livre au format électronique peut être pratique pour faire des recherches. C'est également sympathique de pouvoir consulter le contenu d'un livre avant de l'acheter (surtout dans ton modèle où il n'y a pas de librairie).

l ebook doit se rematérialiser en livre papier de plus ou moins bonne qualité

La mouvance libre prone avant toute chose le libre accés la connaissance, je pense de suite à wikipedia (& les CC) qui produit du contenu libre massivement

Observation

  • on a du contenu libre (ou d'autre à créer … a la demande?)
  • on peut diffuser, distribuer ce contenu plus facilement par voie electronique
  • on a des techniques d'impression à moindre frais (pour une qualité mediocre… mais suffisante pour ma part) : la qualité peut être adaptée au contenu ou à la volonté de l'auteur
  • il est facilement possible d'évaluer l'utilité ou du moins la populairité d'un livre en fct du nombre de téléchargement et de demandes d'impression
  • le système de l'édition n'est pas “en phase” avec l'esprit de partage

Conclusion / Action

Ne serait'il pas interessant de mettre en place un système permettant

  • aux auteurs de diffuser le contenu,
  • aux lecteurs de pouvoir faire imprimer ce contenu (via un reprographe LOCAL)
  • de sponsoriser/retribuer les auteurs

Donc je vois une sorte d'association (distribué sur le teritoire) qui mettrait en place :

  • des “règles éthiques” (cf retribution etc)
  • trouver des imprimeurs, reprographes affiliés
  • minimiser aux maximum la distribution de masse (favoriser les acteurs locaux etc)
  • et … un portail web pour l'access LIBRE au catalogue & les ebook

Pour commencer pouquoi pas lancer un truc du genre wikipedia'zine qui selectionnerait des articles de wikipedia et reverserait un % des frais à la fondation ? Le reversement aux auteurs (représentés éventuellement par leur 'association') est essentielle. Il me semble aussi juste de verser des sommes aux développeurs lorsque les ouvrages ont trait à un produit, genre un logiciel.

Il faut donc étudier les points suivants :

  • Règles Ethiques
  • * Impression / Edition (papier eco)
  • * Retribution du travail vs Retribution de l'auteur
  • * License(s) : CC GNU Debian http://wikipedia.org etc
  • Présentation : web , feuilles de styles etc ?
  • * Indexation ( Book )
  • Structure : asso ?

Reflexion

Un truc qui me tiendrais a coeur, serait de pouvoir choisir la qualité du support et la mise en forme du livre

ie: si je veux un livre technique d'info sur un truc ephemere et si je pense ne pas a le lire regulierement autant prendre du papier recyclé avec une densité de texte adapté a l'usage qui m interesse. au final ca coute moins cher et c'est plus ecolo… il n empeche que ca reste du gaspillage…

Pour le point ce la retribution des auteurs, j ai pas trop reflechit peut etre :

  • taxer (…hum le mot convient peut etre pas) le contenu (selon le nombre de pages par exemple)
  • pour retribuer non pas a l auteur mais l'ensemble des auteurs avec un systeme de priorité de seuil etc pour eviter les derives.
  • quelle structure choisir pour faire ce genre d activité, quelle en seraient les dérives comment les controler ?
  • Prendre en compte l'aspect Ecologique du probleme ? (Papier recyclé …) Pour cet aspect, je pense que l'édition d'un ouvrage de qualité matérielle supérieure sera moins facilement mis à la poubelle qu'un truc imprimé à la va-vite et dont on égard les feuilles, qui n'est pas revendable …

Sinon, on peut également imaginer de rétribuer à plus de 10% l'auteur original. Pourquoi faire aussi mal que les maisons traditionnelles ? (Cédric : tu as raison. Laissons donc les auteurs décider)

AMHA, rétribuer l'auteur tel quel est une fausse piste qui peut avoir des derives a mon sens l'idee serait :

  • d'estimer le prix du travail de l'oeuvre
  • essayer de le “rembourser”
  • puis (ou pendant) de retribuer les autres auteurs.

Le systeme est donc global et coopératif, par exemple :

auteur =  (prix de materialisation )
         * fonction  { (fonds recoltés)  / (prix du travail)  , popularité) }
popularité = (nbre de telechargement de l'oeuvre)
                    / (nbre de telechargement de toute les oeuvres)
systeme = le reste

Avant le remboursement l auteur doit etre rembousé/payé apres que fait le systeme ?

  • participe aux coups d'impression ? (cédric : je pense que c'est les réservations avec éventuellement des avances faites)
  • retribution des autres auteurs en fct du nbre de telechargement des ebook ?
  • sponsorise des projets ? (wikipedia et autres livres désirés par les

membres) ?

Remarques :

<Cedric> : je comprend ta crainte de rétribuer quelqu'un. Malheureusment, la charge de travail sur un livre est inévaluable. Eyrolles estime par contre qu'il faut environ 200 à 300 heures pour un livre informatique. De toutes façons, nos auteurs n'atteindront pas le smic avec leurs ventes. Les enjeux financiers étant assez faible, du moins dans un premier temps, il me semble donc que cette dérive est de faite écartée.

<RzR> non non la n est pas un pb, l'auteur sera retribuer au final… pourquoi l auteur ne choisirais pas sa fonction de retribution, ensuite on peut imaginer des regles genre “plus il prends pour lui” moins “il donne a la communauté” donc 'moins gagne de la communauté” (cette dernierre aura une fonction de payer les auteurs equitablement).

<cedric> retribue aussi les lecteurs : Pourquoi pas, certains peuvent être des béta-lecteurs

Notes

<le-radar.com>

  • Rendre possible l'émergence de tout document imprimable (même non informatique)

de manière à contrecarrer le pouvoir étranglant des éditeurs dans la diffusion de production culturelle qui peuvent s'avérer peu rentable (Oreilly m'a par exemple dit qu'un ouvrage sur GIMP ne trouverait pas suffisamment de public). Nous partirons du principe qu'ils ont leur public et que nous aurons le notre et que nous n'emploierons pas les mêmes méthodes et moyens de distribution

(en particulier pour les applications n'en possédant pas d'accessible, ou si cette documentation existe en version électronique qu'elle soit accessible en papier)

is :

  • Favoriser l'émergence de documentation, en particulier pour les

applications n'en possédant pas d'accessible, ou si cette documentation existe en version électronique qu'elle soit accessible en papier

  • Rendre possible l'émergence de tout document imprimé (même non

informatique) de manière à contrecarrer le pouvoir étranglant des éditeurs dans la diffusion de production culturelle qui peuvent s'avérer peu rentable Oreilly m'a par exemple dit qu'un ouvrage sur GIMP ne trouverait pas suffisamment de public. Nous partirons du principe qu'ils ont leur public et que nous aurons le notre et que nous n'emploierons pas les mêmes méthodes et moyens de distribution

Le problème avec l'édition c'est qu'il y a une responsabilité juridique forte de la personne qui édite. On a donc 2 solutions : soit on offre un support à l'auto-édition pour les auteurs, soit on prend en charge de manière plus ou moins centralisée les opérations. La première option à l'avantage de respecter les auteurs et de leur laisser le pouvoir sur ce qu'ils ont fait. L'inconvénient c'est que cela va être un gouffre de temps et il me semble difficile de transformer tout un chacun en éditeur (Pour être formateur en PAO, j'ai moi-même beaucoup de mal à tout saisir et j'en apprend encore tous les jours). Le seconde option permet d'avoir une politique éditoriale plus forte et efficace ce qui donne en soi une meilleure visibilité aux documents. Elle permet de décharger les auteurs d'un travail long (beaucoup plus qu'on ne le croit

je m'y suis laissé prendre) et fatiguant de

finition des ouvrages, de l'impression et de la relation avec les “clients”. Elle permettra éventuellement d'avoir un meilleur prix auprès d'imprimeur ou reprographes (sur la quantité des commandes qu'on leur passe)

Personnellement, je penche plutôt pour la seconde. Des systèmes d'auto-édition existent déjà (cf http://bookstorming.com/). Je pense qu'une dynamique est nécessaire mais qu'il faut absolument trouver une solution pour combattre le jacobinisme (On peut imaginer que ce ne soit pas l'éditeur qui décide des ouvrages à imprimer) : 1. on a des dépôts sur un site, un prix proposé par l'auteur 2. un contrôle minimum est effectué 3. les visiteurs prépaient 4. quand il y en a assez on édite : l'avantage de centraliser permet éventuellement d'avoir une mutualisation des frais et d'engager une impression avant même que le montant totale soit récupérée, comme je l'ai fait pour mon GIMP 5. la structure gère la réceptions des commandes et l'envoi, éventuellement la distribution (dans ce cas, je pense que c'est aux auteurs de décider du type de distribution qu'ils souhaitent. Pour ma part, je pense qu'il faut systématiquement contacter les bibliothéques parce qu'elles sont dans un type d'échange peu mercantile)

Par contre, je propose que les auteurs qui souhaiteraient s'occuper entièrement de leur projet puisse le faire.

Au niveau prix et répartition des coûts En fait, les auteurs ont souvent 10% mais cela fait suite à un vresement initial qui différe en fonction des éditeurs et des perpectives de vente mais qui tourne souvent autour des 1500 Euros. Je réctifierais donc en disant :

  • 2 euros minimum pour le/les auteur(s) quel que soit le prix de vente (mais on peut aussi laisser le choix de sa rétribution à l'auteur)
  • pour des livres > à 20 euros on garde la rémunération à 10 ou 15%

En fait, avec une quantité suffisante d'impression, j'espère que cela nous permettrait d'aboutir à une répartition du prix comme celui-la (pour un bouquin Noir/Blanc de 208 pages format fini A5 en repro numérique dos carré collé : 10 euros : impression 2 euros : auteur 1 euro : structure (si elle doit exister) Frais d'envoi en sus (compter de 6 à 9 euros par exemplaire mais le fait de centraliser permet d'avoir des réducs auprès de la Poste)

On peut donc imaginer assez aisément des prix de l'ordre de 15 euros pour la grande majorité des ouvrages qui devraient entrer dans ces critères. Bien sûr, on dira que ce n'est pas avec ça qu'on va enrichir les auteurs, mais est-ce l'objectif ? Moi je n'ai rien contre, mais la discussion est ouverte.

</le-radar.com>

Resources

http://freenetproject.org/index.php?page=fairshare

Réinventer la Bande Dessinée_, de Scott McCloud, Éd. Vertige Graphic

Des systèmes d'auto-édition existent déjà : http://bookstorming.com/

http://linuxfr.org/2003/07/07/13167.html

contacts : /msg RzR @ irc://irc.freenode.net/#gulliver

http://www.ticket-surf.com/

MISC

retribution.fr.txt · Last modified: 2020/09/08 20:48 (external edit)
 
Except where otherwise noted, content on this wiki is licensed under the following license: CC Attribution-Share Alike 3.0 Unported
Recent changes RSS feed Donate Powered by PHP Valid XHTML 1.0 Valid CSS Driven by DokuWiki